Image
bouclier tarifaire
Rédigé par Juliette S. - À jour le 22/11/2021

Bouclier tarifaire: quels impacts pour les consommateurs ?

Jeudi 30 septembre, le Premier ministre Jean Castex, annonce l’instauration d’un « bouclier tarifaire » face à la hausse des prix de l’énergie. Quelles en sont les conséquences pour les consommateurs et les fournisseurs d’énergies ? Décryptage du plan gouvernemental pour enrayer la montée des prix. 

Qu’est-ce que le bouclier tarifaire ?

Jeudi 30 septembre dernier, sur le plateau de TF1, Jean Castex, a annoncé la mise en place de mesures pour contrer la flambée des prix de l’énergie. Le « bouclier tarifaire » comme il l’appelle, a pour ambition d’endiguer la hausse des prix du gaz et de l’électricité. 

Il s’agit d’une solution exceptionnelle visant à protéger les consommateurs français subissant de plein fouet la hausse drastique de l’énergie sur les derniers mois. 

Pourquoi cette envolée des prix du gaz 

Pour bien comprendre la mise en place du bouclier tarifaire, il convient de bien appréhender le contexte et les évolutions auxquelles fait face le marché de l’énergie.

En 2020, avec la pandémie mondiale, le gaz a perdu beaucoup de sa valeur sur le marché. En effet, la demande a chuté puisque les industries et les entreprises tournaient au ralenti ou étaient à l’arrêt. 

En 2021, la demande est repartie, notamment avec la reprise économique. Le prix du gaz s’envole avec l’arrivée de l’hiver et la consommation de chauffage qui repart, comme le montre le tableau suivant.

Evolution du prix du gaz année 2021

 

Janvier

Février

Mars

Avril

Mai

Juin

Juillet

Août

Septembre

Octobre 

Novembre

Décembre

+0,2%

+3,5%

+5,7%

-4,1%

+1,1%

+4,4%

+9,96%

+5,3%

+8,7%

+12,6%

prix fixe

prix fixe

Le prix du gaz est susceptible d’évoluer chaque mois. C’est la CRE, la Commission de Régulation de l'Énergie, qui se charge de le calculer.  

Son prix dépend des éléments suivants : 

  • Les coûts d’approvisionnement du gaz (auprès des pays exportateurs, indexés sur les extractions de gisement). 
  • Les coûts de transport de la matière (acheminement jusqu’en France)
  • Les coûts de distribution sur le réseau auprès des consommateurs 
  • Les coûts de stockage de gaz
  • Les coûts de commercialisation par les fournisseurs français 

La France ne produit qu’1% de sa consommation de gaz, avec du biométhane. Comme beaucoup d’autres pays européens, elle est complètement dépendante des importations et subit les variations de prix sur le marché. 

Or les principaux pays producteurs de gaz en Europe ont ralenti leurs exportations pour des raisons diverses :

  • La Norvège a fait face à des opérations de maintenance, limitant la production de gaz 
  • La Russie a été accusée par la communauté internationale de minimiser ses exportations pour faire monter les prix. 

Bouclier tarifaire : le consommateur protégé pendant l’hiver

Vendredi 1er octobre marque la dernière hausse du gaz. Il s’agit de la plus forte hausse tarifaire connue depuis 2013 sur cette matière, dont le prix a augmenté de 57% en moyenne depuis janvier 2021. Au total en France, environ 3,5 millions de consommateurs sont impactées. Le bouclier tarifaire permettra aux ménages de voir leur facture de gaz se stabiliser jusqu’en avril 2022 au moins, indexé sur le tarif réglementé d’octobre.

Au printemps, le premier ministre compte sur la baisse habituelle des prix du gaz pour rétablir le cours fluctuant. Le bouclier tarifaire prévoit un « rattrapage lissé ». Cela signifie qu’à partir d’avril, la hausse non subie durant l’hiver par les consommateurs sera compensée et répercutée sur les factures des usagers.

Ce lissage permettra d’accompagner les fournisseurs de gaz - contraints actuellement de vendre leur énergie à un prix inférieur au coût d’achat – de récupérer leur avance de trésorerie petit à petit.

Le cas de l’électricité  

La hausse des cours du gaz impacte le marché de l’électricité. En effet, en Europe, 20% de l’électricité est produite à base de gaz. Prévue en février, l’augmentation des tarifs réglementés de l’électricité devrait atteindre les 12%. 

Jean Castex a promis que la hausse des tarifs de l’électricité serait limitée à 4%. Pour cela, il baissera une taxe sur l’électricité. Le premier ministre n’a pas précisé quelle serait cette taxe mais il est fort probable qu’il s’agisse de la contribution au service public de l'électricité (CSPE). Cette taxe représente environ 15% de la facture des ménages. 

Et si le bouclier ne suffisait pas ? 

Si les mesures ne sont pas suffisantes, le gouvernement a affirmé qu’il pourrait envisager des baisses de la TVA sur le gaz

Le premier ministre a d’ailleurs promis un versement exceptionnel de 100 euros en décembre pour les 5,8 millions bénéficiaires du « chèque énergie ». La somme versée correspond aux rentrées fiscales supplémentaires perçues par l’Etat en raison de la hausse des prix, soit une redistribution des recettes. 

💡 Bon à savoir

Le bois de chauffage n’est pas touché par cette envolée des prix. Il reste l’énergie de chauffage la moins chère, selon l’Ademe. Pour réduire vos factures de chauffage, vous pouvez donc installer une chaudière biomasse ou un poêle à bois. Des aides à la rénovation énergétique vous aideront à réduire le montant des travaux !

En savoir plus

📋 En résumé 

  • Le bouclier tarifaire prévoit le gel des factures de gaz cet hiver. Un lissage est prévu dès le printemps 2022 et sera étalé sur 18 mois pour permettre aux ménages modestes de pouvoir « rembourser » les frais avancés par les fournisseurs
  • Pour l’électricité, cela passera par une baisse de la fiscalité
  • Un complément de 100 € sera versé aux bénéficiaires du chèque énergie 
Image
femme

À propos de l'auteur : Juliette S.

Journaliste de formation, j'ai découvert la rénovation énergétique après avoir fait l’acquisition de la maison de famille et m’être frottée aux différentes aides à la rénovation énergétique. Je suis désormais incollable et j'aime partager mon savoir pour expliquer de manière simple ce que sont les travaux de rénovation.