Image
budget-chauffage-performant
Rédigé par Juliette S. - À jour le À jour le 28/06/2021

Quel budget pour un chauffage hyper-performant ?

Alors que la facture de chauffage représente environ 60% des dépenses en énergie des Français, disposer d’un chauffage performant permet d’économiser plusieurs centaines d’euros par an. En effet, de nombreux logements sont mal isolés, ont une installation vétuste ou des radiateurs qui fonctionnent mal. Heureusement, des aides à la rénovation énergétique ont été mises en place depuis plusieurs années et peuvent vous permettre de considérablement diminuer le coût d’installation de votre chauffage hyper-performant.

Les 3 piliers d’un chauffage performant 

Contrairement à ce que l’on pense souvent, le système de chauffage ne se résume pas au dispositif qui produit la chaleur dans votre logement. Pour disposer d’un chauffage hyper-performant, il faut prendre en compte 3 éléments complémentaires : 

  1. L’isolation. En effet, plus votre logement est étanche, mieux il conservera la chaleur et moins vous aurez besoin de tirer sur les radiateurs électriques ou la chaudière
  2. Le dispositif de chauffage et ses performances. Certains dispositifs sont plus économiques que d’autres et un bon entretien permet d’en prolonger la durée de vie.
  3. La ventilation. En effet, renouveler l’air intérieur de votre logement permet de faire baisser le taux d’humidité. Votre logement devient ainsi plus facile à chauffer. 

On peut faire un parallèle avec une casserole sur le feu. Pour faire bouillir de l’eau, on commence par mettre un couvercle, puis on règle la température des plaques puis on allume la hotte. L’isolation peut être assimilée au couvercle que l’on met sur la casserole : sans couvercle, une grande partie de la chaleur est perdue sous forme de vapeur. Les plaques et leurs réglages correspondraient alors à la chaudière ou aux radiateurs électriques. 

Enfin, comme une hotte aide à assainir votre cuisine, une bonne ventilation permet de bien faire circuler la chaleur tout en diminuant l’humidité de l’air. Un système de chauffage performant prend en compte toutes ces dimensions et les optimise, tout en tenant compte de votre budget.

L’isolation : la priorité pour un chauffage performant

L’élément prioritaire de ce système de chauffage est certainement l’isolation. Une étude de 2019 montre que sur 80 000 logements en France, la perte moyenne de chaleur d’un logement chauffé à 20°C avec une température extérieure de 0°C s’élève à 2,5°C en 5 heures. Quand on sait que chaque degré en plus augmente la facture de chauffage de 7% environ, on voit bien l’intérêt de l’isolation pour avoir un système de chauffage performant ! 

L’isolation d’un logement doit se concentrer en priorité : 

  • sur le toit et les combles. L’Ademe considère que 25 % à 30% des pertes de chaleur proviennent de la toiture ; 
  • les parois, qui représentent 20% à 25% des pertes de chaleur d’un logement ; 
  • les fenêtres, à savoir 10% à 15% des déperditions thermiques ; 
  • Les planchers bas, 7% à 10% des gaspillages d’énergie.

Le choix du mode de chauffage le plus performant

Si vous souhaitez avoir un chauffage hyper-performant, il est nécessaire de bien choisir le mode de chauffage auquel vous avez recours. En effet, les budgets varient grandement d’un type de chauffage à l’autre. Tour d’horizon des différents modes de chauffage et de leurs budgets pour être performants ! 

Le chauffage au fioul domestique, un chauffage obsolète

De toutes les options qui existent à l’heure actuelle, le chauffage au fioul est en moyenne le plus cher avec un budget de 1 927€ par an en 2016, d’après l’ADEME. La mauvaise performance de ce mode de chauffage est liée à l’obsolescence de nombreuses chaudières, ce qui entraîne une hausse importante de la facture de chauffage. Si vous souhaitez installer une chaudière au fioul performante, il faudra compter entre 3 000€ et 8 000€ (sans la cuve) pour l’installation d’une chaudière. Pour les modèles à condensation, plus performants, le budget pourra grimper jusqu’à 12 000€ avec la pose.  

Dans ces conditions, le chauffage au fioul peut être assez compétitif avec un prix de l’énergie à 0,08 € / kWh. Cependant, gardez en tête que les prix du fioul domestique varient en fonction des cours mondiaux du pétrole, ce qui peut donner lieu à des augmentations très brutales de la facture de chauffage. 

D’autre part, ces dernières font partie des chauffages considérés comme les plus polluants. Leur installation sera interdite dès 2022 au profit de systèmes de chauffage écologique

Chauffage électrique ou au gaz : des coûts de l’énergie qui augmentent

Le chauffage électrique est en moyenne moins cher d’environ 200 € que le fioul, avec une moyenne de 1 726 € par an. Toutefois, il reste plus cher que le gaz, dont le coût moyen était estimé à 1 415€ par an en 2016 selon l’ADEME. En effet, le prix du kWh joue sur la facture. Il faudra compter moins de 0,07 € / kWh pour le gaz contre 0,18 € / kWh pour l’électricité du réseau

En revanche, en termes de coûts d’installation, le gaz apparaît comme plus cher, surtout dans les petits logements. Il faudra débourser 3 000 € à 7 000 € pour une chaudière au gaz à très haute performance énergétique. 

Si vous optez pour un chauffage électrique, sachez que de grandes différences existent entre les différents types de radiateurs. Un radiateur à inertie coûte entre 500€ et 1 500€. Il permet d’économiser jusqu’à 45% d’électricité par rapport à un convecteur classique bien plus abordable (70 € environ). 

Le chauffage au bois : une alternative écologique et économique

Le chauffage au bois est un mode de chauffage alternatif crédible et plus écologique. En effet, le bois est une ressource renouvelable, produite le plus souvent localement. Avec un budget moyen de 811€ par an, il est nettement moins cher que les autres options

En effet, le coût de l’énergie est estimé à : 

  • à 0,06€/kWh pour les granulés de bois
  • à 0,03€ kWh pour les bûches de bois

Pour l’installation d’un poêle à bois (bûches ou granulés) récent, comptez entre 3 000 € et 6 000 €. Le hic ? Ces systèmes ne permettent pas de chauffer toute la maison. Elles entrent en complémentarité avec un chauffage principal comme le gaz ou l’électricité

Pour chauffer toute la maison au bois, vous pouvez vous tourner vers une chaudière biomasse. Il existe des modèles : 

  • de chaudières à bûches. Elle n’est pas automatique, il faudra la remplir manuellement. De plus, vous devrez vous assurer de disposer d’un espace de stockage suffisant pour les bûches. Son prix oscille entre 1 500 € à 10 000 €
  • de chaudières à granulés. Celles-ci fonctionnent de manière autonome. Elles coûtent entre 7 000 € et 20 000 €. 

Pour trouver un appareil hyper-performant, nous vous conseillons de vous baser  sur le label Flamme verte. Mis en place avec le concours de l’Ademe, il atteste de la grande efficacité des appareils de chauffage au bois. Enfin, dernier point de vigilance, celui de l’entretien. Il faudra prévoir un entretien annuel. Il est obligatoire comme pour tous les chauffages à combustion (gaz, fioul).

Le but ? Prévenir les intoxications au monoxyde de carbone. D’autre part, il permet aussi de conserver des performances énergétiques satisfaisantes. Un bon entretien induit jusqu’à 12% d’économies d’énergie.

📝 A noter : 

Les cheminées ouvertes ne présentent pas du tout les mêmes caractéristiques. Le rendement d'un foyer ouvert est d'environ 10 % puisqu’une très grande partie de la chaleur s’échappe et ne permet pas de bien distribuer la chaleur dans les autres pièces.

Les pompes à chaleur : un investissement de long terme 

Enfin, les pompes à chaleur (PAC) sont des dispositifs qui exploitent les différences de température pour générer de la chaleur en utilisant l’énergie électrique. Il existe différentes installations, mais en moyenne elles permettent de diviser par trois le budget chauffage, pour un coût initial compris entre 65 € et 90 € par mètre carré (PAC Air/Air). 

Ainsi, pour un logement de 120 m² le coût sera compris entre 7 800 € et 11 000 € en incluant la pose par un professionnel. D’autres modèles, plus onéreux, permettent également de produire de l’eau chaude, mais pour un prix d’installation plus élevé. Ainsi, cet équipement est rentabilisé au bout de 5 à 10 ans, sans compter sa prise en compte dans le prix du logement en cas de revente. 

4 aides pour financer votre chauffage hyper-performant 

Afin de promouvoir la transition écologique et de permettre une modernisation du parc immobilier français, les gouvernements successifs ont mis en place de nombreuses subventions pour aider les propriétaires à financer les travaux d’isolation ou d’équipement dans leur logement. 

La Prime Énergie Monexpert

La Prime Énergie Monexpert a été lancée dans le cadre des Certificats d'Économie d’Énergie (CEE). Ceux-ci ont été créés pour impliquer les fournisseurs d’énergie dans la réduction de la consommation d’électricité et de gaz

Cela prend la forme de primes à la réalisation de travaux. Ouvert aux propriétaires et aux locataires, ce dispositif permet le financement de travaux de rénovation thermique. Ils doivent être effectués par un professionnel RGE et peuvent concerner les dispositifs de chauffage comme l’isolation.

Tous les ménages y sont éligibles. Le montant de la prime varie selon : 

  • votre commune de résidence 
  • vos revenus 
  • les travaux engagés
Image
logo monexpert

Pour savoir à quel montant vous avez le droit, pensez à faire une simulation. 

MaPrimeRénov’: une aide pour tous et pour tous les projets

Auparavant réservée aux ménages modestes, MaPrimeRénov’ a été élargie à tous les ménages depuis le 1er octobre 2020. Cumulable avec la Prime Énergie Monexpert, son montant est déterminé par : 

  • votre revenu fiscal de référence 
  • votre lieu d’habitation
  • les travaux engagés

A savoir

Pour les copropriétés, il est possible de bénéficier de MaPrimeRenov’ Copro pour entamer des travaux sur le chauffage central en vue de le rendre hyper-performant. Pour la demander, il faudra obtenir l’approbation de copropriétaires en assemblée générale.

L’Eco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ)

Ouvert à tous les ménages, l’Eco-PTZ est une aide qui prend la forme d’un crédit bancaire. L’avantage ? Les intérêts sont payés par l’Etat. Le ménage qui le demande dispose donc d’un taux d’intérêt à 0%. Il permet d’emprunter jusqu’à 30 000 euros sur 15 ans. Pour l’obtenir, il faudra le demander dans une banque ayant signé un partenariat avec l’Etat.

A savoir

Ce dispositif est cumulable avec MaPrimeRenov’ et la Prime Énergie Monexpert. Vous pouvez donc réaliser des travaux à tout petit budget grâce à ces aides.

Habiter mieux Sérénité de l’Agence Nationale pour l’Habitat (ANAH)

Les propriétaires dont la résidence principale date de plus de 15 ans sont éligibles au programme “Habiter Mieux Sérénité”. Réservé aux ménages modestes, ce programme propose une aide pour les travaux permettant un gain énergétique d’au moins 35%. Si vous êtes éligible, l’aide représentera entre 35% et 50% du coût HT des travaux, avec un plafond entre 10 500€ et 15 000€, en fonction de votre niveau de revenu. En complément, vous bénéficierez également de la prime “Habiter Mieux”, qui rajoute 10% de prise en charge supplémentaire avec un plafond de 1 600 € à 2 000 €.

Attention, le programme Habiter Mieux n’est pas cumulable avec MaPrimeRenov’ et la Prime Énergie Monexpert. En revanche, il peut être complété par l’Eco-PTZ. 

❗ A noter

Pour demander les aides, tous les travaux de rénovation énergétique doivent être effectués par un professionnel RGE (reconnu garant de l’environnement). Cela vous permettra de bénéficier d’un taux de TVA réduit à 5,5%.

📝 En résumé : 

  • Un chauffage hyper-performant passe par l’isolation, la qualité des équipements et une bonne ventilation 
  • Sur la longue durée, les chauffages les moins chers apparaissent comme les chaudières à bois et les pompes à chaleur 
  • Vous pouvez bénéficier d’aides à la rénovation thermique pour changer votre dispositif de chauffage et/ou renforcer votre isolation. 
Image
femme

À propos de l'auteur : Juliette S.

Journaliste de formation, j'ai découvert la rénovation énergétique après avoir fait l’acquisition de la maison de famille et m’être frottée aux différentes aides à la rénovation énergétique. Je suis désormais incollable et j'aime partager mon savoir pour expliquer de manière simple ce que sont les travaux de rénovation.