Comment se passe l’installation d’une VMC simple flux en rénovation ?

Vous souhaitez connaître toutes les étapes nécessaires à l’installation d’une VMC en rénovation ? Monexpert Rénovation Énergie vous dit tout.

À savoir : Pour l’installation de votre VMC simple flux, nous vous conseillons vivement de faire appel à un professionnel Reconnu Garant de l’Environnement (RGE). Grâce à son intervention, vous bénéficierez d’une installation de qualité, réalisée dans les normes de sécurité, et votre projet de ventilation pourra être éligible à certaines aides financières (subventions de l’Anah, éco-prêt à taux zéro, prime énergie…).

L’installation d’une VMC simple flux en rénovation

La VMC simple flux, qu’elle soit autoréglable ou hygroréglable, s’installe de manière identique. Elle se compose :

  • D’entrées d’air généralement disposées sur les fenêtres de vos pièces principales.
  • De bouches d’extraction installées dans les pièces les plus humides (cuisine, salle de bain, WC…).
  • D’un réseau de conduits reliés à un caisson d’extraction (de l’air vicié, chargé en humidité et en pollution) débouchant sur l’extérieur de votre logement.

1- Installation du caisson d’extraction 

Le caisson d’extraction s’installe généralement dans vos combles perdus. Pour limiter la longueur des conduits auxquels il est relié, le caisson est placé de manière centrale par rapport aux bouches d’extraction. Parce que ce composant de votre VMC peut être bruyant, le professionnel s’assurera de l’éloigner des zones où sa nuisance sonore pourrait vous déranger. Il pourra notamment le suspendre ou l’installer en hauteur.

2- Installation des bouches d’extraction

Ensuite, des bouches d’extraction sont disposées dans vos pièces humides (cuisine, buanderie, salle de bain, WC…). Pour cela, le professionnel perce un trou dans le plafond pour disposer la manchette qui accueillera la bouche d’extraction.

3- Installation des conduits

Une fois que les bouches d’extraction sont installées, le professionnel les raccorde au caisson d’extraction grâce à des conduits souples en PVC. Ces derniers peuvent être isolés de laine de verre dans le cas d’une VMC hygroréglable. À cette étape, votre technicien va s’assurer que les conduits suivent une pente régulière jusqu’au caisson pour limiter la stagnation de l’humidité.

4- Installation de la sortie en toiture

Le professionnel réalise ensuite une ouverture traversant l’isolant et la toiture pour assurer le passage d’un conduit reliant le caisson d’extraction à la sortie en toiture. La plupart du temps, la sortie de l’air vicié s’effectue par une tuile à douille recouverte d’une lanterne pour la protéger en cas de pluie, notamment.

5- Raccordements électriques

Le fonctionnement de votre VMC est assuré par une liaison électrique. Selon les cas, elle peut également être reliée à un interrupteur qui vous permet d’actionner une survitesse lorsque cela peut être nécessaire. Le professionnel se charge donc de réaliser tous les raccordements électriques indispensables au bon fonctionnement de votre dispositif de ventilation.

6- Installation des entrées d’air

Si elles ne disposent pas déjà d’entrées d’air, le professionnel peut créer des ouvertures sur le haut de vos fenêtres avant d’y disposer deux grilles d’air (une à l’intérieur, orientée vers le plafond, et une à l’extérieur, orientée vers le bas). C’est par ces ouvertures que l’air neuf s’intègre dans votre maison.

Aussi, il pourra être nécessaire de découper le bas de vos portes (d’environ 1 centimètre) afin de faciliter la circulation de l’air dans toutes les pièces de votre habitation.

Pour aller plus loin, découvrez aussi ce sujet :