L’installation d’une VMC double flux en rénovation

materiel de VMC

Vous souhaitez assurer la ventilation de votre maison avec une VMC double flux ? Monexpert Rénovation Énergie vous en dit plus sur toutes les étapes nécessaires à l’installation d’une vmc double flux en rénovation.

La VMC double flux : qu’est-ce c’est et comment ça fonctionne ?

Contrairement à la VMC simple flux qui n’assure que le renouvellement de l’air de votre intérieur, la VMC double flux se charge en plus de réchauffer l’air neuf et vous aide ainsi à réduire votre facture de chauffage. 

La VMC double flux fonctionne de la manière suivante : 

  1. L’air de votre maison, chargé en humidité (appelé « air vicié ») est aspiré par des bouches d’extraction installées dans les pièces les plus humides de votre logement (cuisine, salles de bains, toilettes…). 
  2. Cet air vicié se dirige ensuite vers l’extérieur de votre logement en passant d’abord par un caisson d’extraction relié à un échangeur thermique
  3. De son côté, l’air neuf, provenant de l’extérieur, est aspiré par un caisson de prise d’air neuf et il est lui aussi dirigé vers l’échangeur thermique où il récupère la chaleur de l’air sortant. 
  4. Une fois qu’il est filtré et réchauffé, l’air neuf traverse le caisson de répartition avant d’être intégré dans les pièces principales de votre logement par des bouches d’insufflation

Les étapes de l’installation d’une VMC double flux en rénovation

Découvrez toutes les étapes nécessaires à l’installation d’une VMC double flux en rénovation.

1. Installation des bouches d’extraction et d’insufflation

Dans un premier temps, le professionnel installe les bouches d’extraction dans vos salles d’eau et les bouches d’insufflation dans vos pièces de vie. Pour cela, il réalise un trou dans le plafond de vos pièces.

2. Installation des caissons et des gaines

Pourquoi le plafond ? Parce que c’est généralement dans vos combles que sont installés les différents caissons qui composent votre VMC double flux. Votre artisan raccorde ensuite les bouches d’extraction et d’insufflation à ces caissons avec des conduits souples et isolés de laine de verre pour limiter les pertes de chaleur. 

Installation de l’échangeur thermique

Ensuite, toujours dans les combles, il installe l’échangeur thermique. Il raccorde les gaines de manière à relier l’arrivée du caisson d’extraction d’air vicié avec le rejet de l’air vicié et l’arrivée du caisson de l’air neuf avec le caisson de répartition.  

Installation des entrées et sorties d’air

Le professionnel installe ensuite une entrée d’air pour l’air neuf (sur le toit ou à travers un mur) et une sortie d’air pour l’air vicié (toujours sur le toit). L’entrée et la sortie d’air doivent se situer à 8 mètres de distance l’une de l’autre. Il les raccorde ensuite aux caissons.  

Raccordements électriques

Enfin, votre installateur se charge d’effectuer tous les raccordements électriques nécessaires au bon fonctionnement de votre VMC double flux. Il se charge notamment d’assurer la liaison électrique avec l’interrupteur qui vous permet d’actionner une survitesse lorsque cela est nécessaire.

À savoir : l’intérêt de votre VMC double flux est d’assurer le renouvellement de l’air, même lorsque toutes les portes de votre maison sont fermées. Si besoin, vos portes pourront être détalonnées (découpées d’un peu plus d’un centimètre au niveau du bas) pour permettre à l’air de circuler dans toutes vos pièces.

Installation d’une VMC double flux en rénovation : faites appel à un pro

Pour des raisons de sécurité et de confort, l’installation d’une VMC double flux, en rénovation comme dans le neuf, nécessite d’être confiée à un artisan Reconnu Garant de l’Environnement (RGE). Autre avantage, la qualification RGE de votre installateur vous permet de bénéficier de certaines aides financières  dédiées à la rénovation énergétique des logements (subventions de l’Anah, éco-prêt à taux zéro, prime énergie…).

Je simule le montant de ma prime

Pour aller plus loin, découvrez aussi ces articles :