Image
Pompe-à-chaleur chauffage
Rédigé par Juliette S. - À jour le 02/08/2022

Pompe à chaleur : types, avantages, prix, entretien, aides

La pompe à chaleur (PAC) est un dispositif qui se base sur les énergies renouvelables (air, eau ou terre) pour produire de la chaleur ou du froid si elle est réversible. C'est une excellente alternative au chauffage gaz et fioul. Elle permet d'allier confort et économies d'énergie, avec un impact moindre sur l'environnement. Monexpert vous a préparé un dossier complet pour tout savoir sur la pompe à chaleur : fonctionnement, types, avantages, inconvénients, prix, entretien, aides. Vous aurez ainsi toutes les informations en main pour décider de vous équiper. 

Avec le plan de résilience lancé par l'Etat le 16 mars 2022, les aides pour le remplacement d'une chaudière au gaz ou au fioul par une pompe à chaleur augmentent de 1.000 €, c'est le moment ou jamais pour installer votre PAC !

 

Choisissez Monexpert pour financer votre pompe à chaleur :

⭐ une vérification de votre devis avant engagement des travaux
⭐ une protection juridique gratuite
⭐ un versement de la prime en 5 à 10 jours seulement

Je demande ma prime

 

Un fonctionnement basé sur les énergies renouvelables

Appelée aussi thermopompe, la pompe à chaleur est un système de chauffage qui utilise l’énergie naturelle et renouvelable présente dans l’eau, l’air ou la terre, pour la transformer en énergie thermique à diffuser pour chauffer l’habitation. Son principe est de prélever les calories contenues dans l’énergie ambiante pour les transformer en chaleur. Grâce aux procédés successifs d’un évaporateur, d’un compresseur puis d’un condenseur l’énergie pompée est ensuite diffusée dans le logement pour le chauffer et chauffer l’arrivée d’eau sanitaire.

Les 5 types de pompe à chaleur

Les plus fréquemment installées chez les particuliers sont les modèles aérothermiques (air/air et air/eau). Elles sont plus faciles d'installation et plus abordables que les modèles géothermiques qui nécessitent de gros travaux de forage. Cependant, ce sont ces dernières qui sont les plus efficaces, même en cas de grand froid. 

✔️Air / Air 

La PAC air/air, prélève de l’énergie provenant des calories présentes dans l’air grâce à un dispositif placé sur une façade extérieure du bâtiment, tandis qu’un autre dispositif  à l’intérieur, redistribue l’énergie thermique pour chauffer le logement grâce à un ventilo-convecteur.

✔️Air / Eau 

La PAC air/eau, prélève également de l’énergie des calories de l’air extérieur mais redistribue l’énergie thermique dans le circuit d’eau du logement pour alimenter le chauffage central et l’arrivée d’eau chaude. Elle est donc reliée au circuit d’eau servant à chauffer un plancher chauffant ou des radiateurs à eau.  

✔️Sol / Eau (géothermie)

La PAC géothermique extrait de l’énergie provenant du sol grâce à des capteurs, et injecte ensuite l’énergie transformée dans le circuit du chauffage central. 

✔️Eau / Eau (aquathermie)

La PAC eau/eau puise l’énergie dans les nappes phréatiques et la transforme grâce au procédé d’aquathermie. L’énergie thermique est ensuite injectée dans le circuit du chauffage central ou du chauffe-eau du logement.

✔️PAC hybride 

La pompe à chaleur hybride est un système de chauffage qui intègre une pompe à chaleur Air / Eau et une chaudière gaz à condensation. On parle aussi de chaudière hybride. L’association de ces deux équipements vous fait profiter à la fois des atouts d’une énergie renouvelable produite par la pompe à chaleur et une énergie fossile utilisée pour le bon fonctionnement de la chaudière (à savoir le gaz, l’une des énergies considérées les plus rentables aujourd’hui). 

❓ Qu'est-ce qu'une PAC réversible ? 

Une pompe à chaleur réversible est un modèle de PAC qui permet de chauffer mais aussi de rafraîchir un logement. Elle peut être de type Air / Air ou Air / Eau. 

Quelle est la durée de vie d'une pompe à chaleur ?

Selon l'AFPAC (Association Française pour les Pompes à Chaleur), la durée de vie d’une PAC est de 15 ans en moyenne, à la condition qu’elle soit entretenue régulièrement.

Quelle est la puissance d'une pompe à chaleur ?

La puissance d’une installation de chauffage doit permettre de couvrir l’ensemble des déperditions thermiques de votre logement. 

Quels éléments impactent la puissance requise de ma PAC ? 

Pour mesurer la puissance idéale de votre PAC dans votre logement, vous devez tenir compte de plusieurs éléments :

  • La localisation géographique de votre logement (région froide ou non)
  • La taille de votre résidence
  • Le nombre d’habitants 
  • L’isolation 
  • La température intérieure souhaitée
  • Le type de radiateur / chauffage dont vous disposez (plancher chauffant, radiateur compact)

Calculer la puissance idéale en fonction de la surface

Il vous faut dans un premier temps mesurer le volume total des déperditions, mesuré en Watts. 
Pour l’obtenir, vous devez réaliser le calcul suivant :

Volume à chauffer (en m3) x Coefficient de construction (en W/(m3.°C)) x delta de température (en °C)

Le volume se calcule en multipliant la surface à chauffer et la hauteur sous plafond. Vous pouvez connaître le coefficient de construction de votre maison en réalisant un bilan thermique avec un professionnel. Globalement, pour les logements mal isolés, il est de 1,3 à 1,6. Pour les logements bien isolés, il est inférieur à 1. 

Enfin, le delta de température correspond à la différence de température intérieure souhaitée et la température extérieure minimale estimée. Plus il fait froid, plus le delta sera important.

En conclusion, pour un logement bien isolé d’une surface de 100m ², dans une région tempérée avec une température intérieure à 20 °C, on obtiendra le résultat de 7 150 W, soit une PAC de 7 kW de puissance environ. 

Comment installer une pompe à chaleur ? 

Avant de poser votre pompe à chaleur, vous devez vous poser quelques questions et trouver un professionnel certifié pour ce genre d’installation.

Les questions préalables 

Avant d’installer votre pompe à chaleur, il vous faut prendre en compte plusieurs éléments :

  • L’isolation thermique de votre logement : pour profiter au maximum de la performance de votre future pompe à chaleur, il faut vous assurer que votre logement ait une isolation correcte pour éviter tout risque de déperditions thermiques
  • L’emplacement de votre PAC : pour éviter tout risque de nuisance sonore avec l’unité extérieure, mais aussi pour assurer le fonctionnement optimal de l’unité intérieure, le choix de l’emplacement des unités est primordial
  • Le réseau de chauffage déjà existant : une PAC peut s’installer sur un réseau déjà existant fonctionnant au gaz ou fioul. Dans le cas d’un chauffage électrique ou au bois, il faudra recréer entièrement le réseau de chauffe pour l’adapter à la PAC
  • Le type de PAC : à choisir en fonction de vos besoins, de la région où vous vous situez, ou encore des options que vous désirez (réversible, connectée, qui produit aussi de l’eau chaude sanitaire, etc.)
  • La surface habitable : cet élément va jouer sur le choix de la puissance et de la marque de votre future PAC 

Une fois que vous avez tout vérifié, effectué quelques travaux d’isolation si besoin et trouvé la PAC adaptée à vos besoins, il n’y a plus qu’à faire appel à un professionnel pour qu’il vienne l’installer. 

L’obligation de faire appel à un professionnel RGE

Comme pour tous les autres travaux de rénovation énergétique, il est préférable de faire appel à un professionnel certifié Reconnu Garant de l’Environnement (RGE). Vous vous assurez une installation et des conseils de qualité. De plus, pour être éligible aux aides financières, il vous faudra obligatoirement faire appel à un tel professionnel.

Les étapes 

Pour installer la PAC, le professionnel respectera les étapes suivantes : 

  1. La mise en place de l’unité extérieure. Elle viendra capter les calories de l'air ou du sol. Dans le cas d'une PAC géothermique, il faudra prévoir une étude des sols et un forage. 
  2. La pose de l'unité intérieure (une unité qui souffle de la chaleur dans le cas d'une PAC air /air) ou le raccordement au circuit de chauffage (radiateurs à eau, plancher chauffant, etc.).  
  3. La mise en place du liquide frigorigène. Ce fluide permet de chauffer les calories extérieures avant la redistribution. Ce produit peut contenir des agents chimiques. C'est donc au professionnel de l'installer dans le circuit de chauffage. 
  4. L'installation de sonde extérieure pour réguler la température intérieure en fonction du climat ; 
  5. Le branchement la PAC au réseau électrique et la mise en service de l'appareil. 

Avantages et inconvénients de ce système de chauffage  

La PAC rencontre un succès croissant par le confort qu'elle procure et les économies d'énergie qu'elle engendre, mais il convient de connaître en amont ses inconvénients. Vous pourrez ainsi choisir le modèle qui conviendra le mieux à vos besoins :

Les ➕
Eligible aux aides de l’Etat (sauf PAC air/air)
Faible consommation d’énergie. Vous pouvez diviser par 3 votre facture d’électricité comparé à un chauffage par radiateurs électriques
Température agréable été comme hiver 
Performance énergétique élevée. Pour 1KW d’énergie consommée, une PAC peut produire environ 4KW d’énergie.
Facile d’utilisation grâce à une simple télécommande. Les modèles connectés peuvent être pilotés à distance via un smartphone.
Recours aux énergies renouvelables. Equipement qui serait donc peu susceptible d’être restreint ou contraint par les futures réglementations thermiques.
Les ➖
Equipement relativement cher
Nuisances sonores, surtout pour les pompes aérothermiques. 
Efficacité limitée en cas de grands froids pour les modèles aérothermiques
Les modèles géothermiques et aquathermiques nécessitent de gros travaux de forage, un grand terrain et à la clé de nombreuses démarches administratives.

Une solution économique et écologique  

Par rapport aux chaudières à fioul ou à gaz, la PAC est un choix de chauffage écologique et économique, de par son recours aux énergies renouvelables.

On considère que remplacer une chaudière à fioul par une PAC permet de réduire la facture de chauffage d’un ménage de 50%. C’est également une alternative aux radiateurs électriques. Comme l’explique Engie, fournisseur de gaz et d’électricité « si toutes les pompes à chaleur chauffent électriquement l’énergie puisée à l’extérieur, elles restent toutefois beaucoup moins gourmandes qu’un chauffage électrique, et quelle que soit la puissance de vos radiateurs électriques.»

Confort de chauffage et climatisation

Certaines modèles sont réversibles. Il s’agit d’une option idéale pour chauffer le logement en hiver et le refroidir en été sans utiliser une climatisation classique, qui est elle très énergivore et polluante. 

Les possibilités de pilotage à distance

Vous pouvez, grâce à la domotique, programmer des plages de fonctionnement et piloter le tout à distance. Votre équipement de chauffage/climatisation ne consommera ainsi pas plus que vos besoins ne l'exigent. Vous gardez donc la maîtrise sur vos factures d'énergie.

Un équipement cher

Le principal inconvénient d’une PAC réside dans le budget qu’elle représente. En effet, l’achat et la pose d’une PAC représente un investissement important. Cependant, gardez à l’esprit que ce mode de chauffage est très performant et jouit d’une durée de vie assez longue. 

Nuisances sonores

Le second inconvénient des modèles aérothermiques (air/air ou air/eau), est la nuisance sonore. En effet, le bruit généré par l'unité extérieure peut être désagréable pour les habitants du logement comme pour les voisins. Le choix de l’emplacement du dispositif extérieur est donc important : 

  • éloigner des ouvertures, portes et fenêtres de l’habitation ainsi que celles des voisins ; 
  • éviter les lieux avec de l’écho ; 
  • opter pour une exposition en hauteur pour minimiser le bruit. 

Cela limitera les potentiels problèmes de voisinage liés au bruit de ventilation de la PAC.  

Un système peu adapté aux régions froides 

Dans les régions très froides, la PAC aérothermique n’est pas la meilleure option étant donné qu’au-delà de -10° les performances sont moindres. Il faudra donc prévoir un chauffage de complément comme un poêle à bois par exemple.

Géothermique : démarches administratives et forage nécessaires

La PAC géothermique implique l’installation de capteurs enterrés qui réceptionnent les calories présentes dans le sol. Ces capteurs peuvent être elliptiques ou verticaux pour les petits ou moyens jardins, ou horizontaux pour les terrains importants et/ou pentus. 

L’installation de capteurs horizontaux doit faire l’objet d’une autorisation municipale et être conforme aux arrêtés préfectoraux. L’installation de capteurs verticaux, considérés comme des forages, nécessite d’être déclarée auprès de la Direction régionale de l'Industrie, de la Recherche et de l'Environnement (DRIRE) régionale, et de faire l’objet d’une déclaration d’ouvrage au moins un mois avant le début des travaux. 

Quel prix prévoir pour quel type de pompe à chaleur ?

Les coûts d’achat et d’installation varient selon les prestataires et dépendent du type et de la puissance de la PAC utilisée comme de la surface à chauffer.  

Pour avoir une idée globale, il faut compter avec l’installation :

PAC air/air 6 000 à 15 000 €
PAC air/eau 7 000 à 15 000 €
PAC sol/eau 7 000 à 20 000 €
PAC eau/eau 20 000 à 40 000 €
PAC hybride 5 000 à 8 000 €
PAC réversible 8 000 à 18 000 € (type Air / Eau)
2 000 à 3000 € par pièce équipée (type Air / Air)

 

Il faut savoir que c’est un investissement sur la longue durée. En moyenne, une PAC dure 15 ans environ. 

Comment l'entretenir ?

L’entretien par un professionnel est obligatoire tous les 2 ans pour tous les appareils dont la puissance est comprise entre 4 et 70 kW (décret n° 2020-912 du 28 juillet 2020). Pour les équipements dont la puissance est supérieure à 70kW, l'entretien doit se faire tous les 5 ans. Ceci afin d’éviter des fuites de liquide frigorigènes et pour prévenir tout dysfonctionnement et panne.  

Le coût de l’entretien d'une pompe à chaleur se situe entre 100 à 300 €, selon les prestataires et le contrat de maintenance souscrit. 

Régulièrement, il convient de nettoyer et dépoussiérer les unités intérieures et extérieures afin de ne pas obstruer l’entrée et la sortie de l’air. Tous les 5 ans, il est conseillé de remplacer le fluide frigorigène afin d’optimiser les performances de chauffage.

Quelles sont les aides de l'Etat en 2022 ?

L’Etat encourage les particuliers à améliorer les performances énergétiques de leur logement, notamment en remplaçant leur chaudière au fioul ou à gaz par une pompe à chaleur. Pour cela des aides à la rénovation thermique sont mises en place.  

Attention, les modèles Air/Air ne sont éligibles à aucune aide hormis la prime énergie. 

MaPrimeRénov’ : entre 2 000 et 10 000 €

MaPrimeRénov’ est une subvention de l'État. Ouverte depuis octobre 2020 à tous les ménages français, elle a remplacé le crédit d’impôt sur la transition énergétique (CITE) et l’aide “Habiter mieux agilité” de l’ANAH.

Elle est valable dans le cadre de l’achat et de la pose d’un appareil de chauffage dans une résidence principale de plus de 15 ans (ou 2 ans dans le cadre du remplacement d'une chaudière fioul). 

Le montant de l’aide est définie en fonction des revenus du foyer, de votre lieu d'habitation et du chantier envisagé. Les plafonds de ressources et les barèmes sont définis par l'ANAH.

💡 Bon à savoir : 

Dans le cadre du plan de résilience, lancé par l'Etat le 16 mars 2022, trois éléments importants sont à noter :

  • A partir du 15 avril et jusqu’à la fin de l’année 2022, les aides Ma Prime Rénov pour remplacer une chaudière au gaz ou au fioul par une pompe à chaleur ou une chaudière biomasse, seront augmentées de 1 000 €.
  • A partir du 1er janvier 2023, la chaudière gaz sera exclue du dispositif MaPrimeRénov'.

La Prime Énergie Monexpert : 

La Prime Énergie Monexpert a été lancée dans le cadre des Certificats d’Economies d’Energie (CEE). Ce mécanisme impose aux fournisseurs de gaz et d’électricité et aux vendeurs de carburant de faire des économies d’énergie.

Elle est ouverte à tous les foyers dans le cadre de travaux de rénovation énergétique dans un logement construit depuis plus de deux ans. 

Son montant varie selon : 

  • La situation géographique du logement ; 
  • Les travaux à mener ; 
  • Les ressources du ménage.  

Pour savoir à quel montant de prime de chauffage vous pouvez prétendre, voici des grilles de simulation du cumul de la Prime Énergie avec MaPrimeRénov’.

💸 Boostez vos aides financières

Cumulez MaPrimeRénov' et la Prime Énergie Monexpert pour alléger le coût de vos travaux !

Pour que le cumul soit valide, vous devrez commencer par demander la Prime Énergie Monexpert, alors lancez-vous !

Demander ma prime

L’éco-PTZ : jusqu'à 15 000 € 

Toujours dans le cadre des travaux de rénovation énergétique, les particuliers peuvent bénéficier de l’éco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ). Ce crédit bancaire leur permet d’emprunter jusqu’à 15 000 € sur 20 ans, avec un taux de 0% pour s'équiper d'une pompe à chaleur. Pour le demander, vous devrez vous rendre dans une banque ayant signé une convention avec l'État français. 

Le chèque énergie : entre 48 et 277 €

Destiné aux ménages modestes, le chèque énergie présente un montant compris entre 48 € et 277 €. Il permet de prendre en charge des travaux menés par un professionnel RGE. Il n'y aucune démarche à faire pour le demander. Il est envoyé chaque année dans la boîte aux lettres des bénéficiaires. 

Une TVA réduite à 5,5% 

Les travaux réalisés par des professionnels permettent de bénéficier d’une réduction du taux de TVA réduit à 5,5% sur l’achat et la pose du matériel. Le professionnel n'a pas besoin d'avoir la certification RGE. 

Le dispositif de la pompe à chaleur à 1 € 

La PAC à 1 € faisait partie des offres visant à accompagner les ménages, notamment les plus modestes, à dépendre de moins en moins des énergies fossiles. Depuis le 1er juillet 2021, toutes les aides à 1 € ont pris fin.

En effet, ces aides ont entrainé plus de problèmes que de solutions, avec l’abus de certains professionnels qui gonflaient artificiellement leurs factures, ou en profitaient pour effectuer un travail de mauvaise qualité. Il a été jugé que ces dispositifs n’étaient pas assez efficaces 

Bon à savoir
MaPrimeRenov’, la Prime Energie Monexpert sont cumulables entre elles et avec l’Eco-PTZ et la TVA à 5,5%. Le coût final des travaux est donc largement abaissé. Pour bénéficier de ces aides, il faut en faire la demande avant le début des travaux et avancer le paiement. Le versement des primes se fait une fois les travaux terminés.

📋 En résumé

  • En matière de chauffage, la PAC est un système économique et respectueux de l’environnement ; 
  • Elle coûte entre 6 000 et 40 000 € en fonction du modèle choisi mais peut être financée par des aides à la rénovation thermique ; 
  • Une visite d’entretien d’une pompe à chaleur (PAC) doit être réalisée tous les deux ans (PAC réversible) ; 
  • L’installation d’une PAC eau/eau ou sol/eau nécessite un forage ce qui demande des démarches administratives.
Image
question-prime-energie

Questions fréquentes

Peut-on alimenter sa pompe à chaleur avec des panneaux solaires ? 

Oui, il est possible d'installer des panneaux solaires sur son toit afin d'alimenter sa pompe à chaleur. L'utilisation des énergies renouvelables permet alors de réduire la facture de chauffage au maximum.  

Non. Celle-ci se met en veille lorsque la température de consigne est atteinte. Elle se relance quand la pièce commence à perdre un degré pour vous assurer un confort optimal. Si votre pompe tourne en permanence, c'est probablement que votre logement présente une isolation vétuste. Il faudra envisager des travaux pour lutter contre les déperditions thermiques. 

Oui ! On peut installer une pompe à chaleur pour chauffer sa piscine. Cela permet de l'utiliser même l'hiver ! C'est une solution économique souvent proposée par les piscinistes. 

Pour bien choisir votre PAC, il vous faudra tenir compte du COP (il doit être supérieur à 3,4). Les marques sont nombreuses sur le marché, en voici une liste non-exhaustive : Atlantic, Bosch, Daikin, De Dietrich, Mitsubishi, Toshiba ou encore Panasonic.

marques pompes à chaleur les plus installées

Pour fonctionner, une PAC est reliée à un réseau électrique. Pour déterminer sa consommation, il faut tenir compte de différents paramètres : le modèle que vous avez choisi, la taille de votre logement, son emplacement et le nombre de personnes qui résident dans ce logement (ce qui influe sur la consommation domestique générale). Enfin, le COP est un indicateur essentiel. Plus il est élevé, plus les rendements sont intéressants.  

Pour calculer la consommation de votre équipement, vous pouvez multiplier le COP (coefficient de performance) avec la surface habitable de votre logement. Le COP se trouve obligatoirement sur la notice de l’appareil. En cas de doute, vous pouvez toujours demander conseil à votre chauffagiste ou au professionnel qui a fait l’installation.

En moyenne, on estime entre 850 et 950 € pour une surface de 150 m ².

Si son coût d’installation est élevé, quel que soit le modèle, son rendement est bien plus important. Vous pouvez réaliser jusqu’à 50% d’économie sur vos factures en remplaçant un chaudière fioul par une PAC Air / Eau.

Image
femme

À propos de l'auteur : Juliette S.

Journaliste de formation, j'ai découvert la rénovation énergétique après avoir fait l’acquisition de la maison de famille et m’être frottée aux différentes aides à la rénovation énergétique. Je suis désormais incollable et j'aime partager mon savoir pour expliquer de manière simple ce que sont les travaux de rénovation.

Avez-vous trouvé votre réponse ?