Image
La ventilation double flux auto-réglable
Rédigé par Juliette S. - À jour le 17/09/2020

La ventilation double flux auto-réglable

Une bonne ventilation de l’air dans son logement est primordiale pour éviter les déperditions de chaleur. En moyenne, 20% des déperditions thermiques sont dues au renouvellement de l’air. Isoler son logement ou encore changer sa chaudière vieillissante vont de paire avec une bonne ventilation. Pour tout cela vous pouvez bénéficier d’aides financières dédiées comme la prime énergie et le Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique (CITE).

Comment fonctionne la ventilation double flux auto-réglable ?

La ventilation dans un logement a pour but de renouveler l’air vicié. Cela signifie donc rejeter un air chaud pour en injecter un froid venant de l’extérieur et nécessitant d’être chauffer.

Viens alors le principe de la ventilation double flux.

Sa conception diffère de celle d’un ventilation simple flux par la présence d’un échangeur de chaleur ainsi que d’un double conduit d’aération. En effet, l’idée est de diminuer les besoins en chauffage de l’air injecté en le faisant au préalable passer dans un échangeur de chaleur.

La ventilation auto-réglable à quant à elle a un autre avantage la rendant plus performante encore : sa capacité à réduire automatiquement les débits d’air circulant lorsque l’activité des occupants diminue du fait de leur absence (cuisine, douche, sèche-linge…ne fonctionnant donc pas).

La réduction de la ventilation entraîne ainsi une diminution des dépenses énergétiques.

Pourquoi installer une ventilation double flux auto-réglable ?

La pose d’une telle ventilation apporte plusieurs avantages :

  • Une baisse de la consommation grâce à un préchauffage efficace.
  • Une diminution du bruit par la réduction des débits d’air dans les conduits.
  • Un gain en confort grâce à une température de soufflage plus élevée du fait du préchauffage.
  • La possibilité de coupler la Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) avec des systèmes de préchauffage respectueux de l’environnement.

Quels sont les inconvénients d’une ventilation double flux ?

Votre VMC ainsi que l’échangeur nécessitent d’être installés dans un local spacieux et chauffé.

L’entretien de la VMC requiert un entretien rigoureux, notamment pour éviter l’encrassement des filtres qui diminuerait les performances de votre système de ventilation.

Les étapes de l’installation d’une VMC double flux en rénovation

1. Installation des bouches d’extraction et d’insufflation

Dans un premier temps, le professionnel installe les bouches d’extraction dans vos salles d’eau et les bouches d’insufflation dans vos pièces de vie. Pour cela, il réalise un trou dans le plafond de vos pièces.

2. Installation des caissons et des gaines

Pourquoi le plafond ? Parce que c’est généralement dans vos combles que sont installés les différents caissons qui composent votre VMC double flux. Votre artisan raccorde ensuite les bouches d’extraction et d’insufflation à ces caissons avec des conduits souples et isolés de laine de verre pour limiter les pertes de chaleur. 

3. Installation de l’échangeur thermique

Ensuite, toujours dans les combles, il installe l’échangeur thermique. Il raccorde les gaines de manière à relier l’arrivée du caisson d’extraction d’air vicié avec le rejet de l’air vicié et l’arrivée du caisson de l’air neuf avec le caisson de répartition.  

4. Installation des entrées et sorties d’air

Le professionnel installe ensuite une entrée d’air pour l’air neuf (sur le toit ou à travers un mur) et une sortie d’air pour l’air vicié (toujours sur le toit). L’entrée et la sortie d’air doivent se situer à 8 mètres de distance l’une de l’autre. Il les raccorde ensuite aux caissons.  

5. Raccordements électriques

Enfin, votre installateur se charge d’effectuer tous les raccordements électriques nécessaires au bon fonctionnement de votre VMC double flux. Il se charge notamment d’assurer la liaison électrique avec l’interrupteur qui vous permet d’actionner une survitesse lorsque cela est nécessaire.

    Bon à savoir :

    l’intérêt de votre VMC double flux est d’assurer le renouvellement de l’air, même lorsque toutes les portes de votre maison sont fermées. Si besoin, vos portes pourront être détalonnées (découpées d’un peu plus d’un centimètre au niveau du bas) pour permettre à l’air de circuler dans toutes vos pièces.

    Installation d’une VMC double flux en rénovation : faites appel à un pro

    Pour des raisons de sécurité et de confort, l’installation d’une VMC double flux, en rénovation comme dans le neuf, nécessite d’être confiée à un artisan Reconnu Garant de l’Environnement (RGE). Autre avantage, la qualification RGE de votre installateur vous permet de bénéficier de certaines aides financières dédiées à la rénovation énergétique des logements (subventions de l’Anah, éco-prêt à taux zéro, prime énergie…).

    Quel est prix pour une VMC à double flux ?

    L’achat et l’installation d’une VMC double flux est plus coûteuse d’une VMC simple flux.

    Il faudra compter aux alentours de 2 000€ à 4 000€ pour l’achat d’une VMC double flux, 4 000€ à 8 000€ pour l’achat et la pose compris.

    Quelles aides financières pour l’installation d’une ventilation double flux ?

    Sachez que vous pouvez profiter de plusieurs aides financières pour rembourser l’installation de votre VMC.

    Parmi ces aides : MaPrimeRénov', l’éco-prêt à taux zéro ou encore la TVA à 5,5%.

      Image
      logo monexpert

      Améliorez la performance de votre logement en réalisant des travaux de rénovation énergétique impactant et bénéficiez de la Prime Énergie Monexpert à cumuler avec de nombreuses aides.

      Pour aller plus loin, découvrez aussi ces articles :

      Image
      femme

      À propos de l'auteur : Juliette S.

      Journaliste de formation, j'ai découvert la rénovation énergétique après avoir fait l’acquisition de la maison de famille et m’être frottée aux différentes aides à la rénovation énergétique. Je suis désormais incollable et j'aime partager mon savoir pour expliquer de manière simple ce que sont les travaux de rénovation.