Image
Chauffer son logement avec un poêle à bois
Rédigé par Sébastien M. - À jour le 08/06/2022

🔥 Poêle à bois & insert : tout savoir pour se chauffer au bois

Selon l’Ademe, le bois est l’énergie de chauffage la plus économique en France. C’est pourquoi, elle séduit de plus en plus de ménages. Vous souhaitez installer un poêle à bois pour son aspect écologique et économique ? Design, les nouveaux poêles à bois sont aussi particulièrement esthétiques. Comment fonctionnent-t-ils ? Quels modèles existe ? Quel est le prix d’un poêle à bûches ou à granulés ? Peut-on bénéficier d’aides à la rénovation thermique pour installer un appareil de chauffage au bois ? Monexpert fait le point.

Les deux grands types de poêle à bois

Il existe différents poêles à bois qui fonctionnent sur des combustibles ou des techniques différentes. On distinguera : 

  • le poêle à bûches
  • le poêle à granulés de bois

🔥 Le poêle à bûches

Le principe de fonctionnement du poêle à bûches reste très sommaire dans les grandes lignes : il suffit de brûler une bûche pour produire de la chaleur

🔥 Le poêle à granulés de bois

Ce poêle chauffe à partir d’un combustible provenant des sciures de bois appelés granulés ou pellets. Il est muni d’un réservoir permettant un fonctionnement automatique et donc une plus grande simplicité d’utilisation par rapport au poêle à bûches.

Pour favoriser votre confort et vos économies d’énergie, il est essentiel de bien régler votre poêle à granulés de bois. Même si les pré-réglages effectués en usine sont fiables, il se peut que vous ayez à faire quelques réglages pour adapter votre équipement à votre mode de vie. Découvrez donc tous nos conseils pour optimiser le rendement de votre appareil.

💡 Vous souhaitez installer un poêle à bois ?

Saviez-vous qu'il existe des aides à la rénovation pour l'installation de systèmes de chauffage plus écologique ?

En savoir plus

Chauffage d’appoint ou chauffage principal ? 

Bien souvent, lors des périodes de grand froid, le poêle peut être utile en complément du chauffage pour éviter une trop grande consommation du chauffage principal. Toutefois, les poêles de masse permettent parfois de chauffer des logements dans leur totalité. Regardons cela dans le détail. 

Un complément au chauffage central 

La plupart du temps, les poêles à bois classiques servent de chauffage complémentaire. Par ce biais, vous pouvez générer des économies d’énergie, notamment lors des périodes de transition (comme au printemps ou à l’automne) pendant lesquelles vous n’aurez pas besoin d’utiliser votre système de chauffage central.

Si les deux poêles sont bien des systèmes d’appoint et indépendants d’un chauffage central, ils ont une utilité légèrement différente :

  • Le poêle à bûches permet de chauffer une ou plusieurs pièces en diffusant rapidement la chaleur dégagée à condition que celui-ci soit situé au rez-de-chaussée dans une pièce centrale. Il est souvent utilisé pour des besoins ponctuels.
  • Le poêle à granulés de bois va diffuser une chaleur constante sur une plus longue période. Sa maintenance est également plus simple puisque vous n’avez pas besoin d’insérer des bûches régulièrement.

En revanche, ils ont comme avantage commun d’abaisser le coût de fonctionnement du chauffage central.

Le poêle de masse : idéal pour un chauffage principal

Aussi appelé poêle à accumulation, c’est un système qui permet d’assurer le chauffage de toute votre maison grâce au bois. Après une combustion complète du bois, la température du foyer monte progressivement. 

Dès qu’elles atteignent une très haute température, les fumées cheminent à travers un conduit interne de l’appareil. Ce conduit va alors les stocker et les conserver longuement pour assurer le chauffage pendant des heures.

En revanche, contrairement à un poêle classique, les poêles de masse, comme leur nom l’indique, sont relativement massifs. Ils pèsent entre 600 kg à plusieurs tonnes. Ils ont une puissance de chauffe supérieure mais occupent plus d’espace. Enfin, ils sont un peu plus chers à l’achat. 

Quel budget prévoir ?

Le prix d’un poêle à bois varie en fonction de plusieurs critères :

  • Le type et modèle (à bûches ou à granulés).
  • La puissance nécessaire.
  • Le design et la marque.

Ainsi vous trouverez des poêles à bois à tous les prix : de 200 € (les plus rudimentaires) à plus de 8 000 € (pour les plus sophistiqués). 

Il faudra compter aux alentours des 2 000 € pour l’achat d’un poêle classique performant et design. Pour un poêle de masse, il faudra débourser aux alentours de :

  • 3 000 € pour un poêle en fonte ou en céramique
  • 5 000 € pour des modèles en faïence 
  • 7 000 € pour des appareils en béton

💸 Installez votre poêle à bois à moindre coût

Bénéficiez de la Prime Energie pour installer un chauffage à bois dans votre logement, la demande est gratuite, ouverte à tous et sans engagement.

Demander ma prime

Bien choisir son appareil : les critères à prendre en compte 

Pour bien choisir votre poêle à bois, vous devez prendre en compte un certain nombre de critères. 

La puissance du poêle

Celle-ci sera sera déterminée par la surface à chauffer ainsi que l’isolation de votre logement. Tous ces critères sont à mettre dans la balance. En général, on se base sur un rapport de 1 kW pour 10 m2 à chauffer. 

Toutefois si le logement est bien isolé, on pourra prendre le rapport de 1 kW pour chauffer 20 m² comme donnée de base

Poêle traditionnel, turbo ou à double combustion ?

Pour bien choisir son appareil, il faut s'intéresser au mode de combustion. Voici les différents types de poêle sur le marché.  

Les poêles turbo-combustion

Les poêles turbo disposent d’un système de combustion amélioré, avec une seule chambre à combustion, dans laquelle les deux arrivées d’air pénètrent. L’air primaire ira en partie basse et permettra de déclencher la combustion du bois. L’entrée d’air secondaire se fait à mi-hauteur et permet de traiter les gaz non brûlés avant évacuation. 

Son plus ? Il est moins nocif et son rendement est supérieur à un poêle traditionnel. En effet les gaz non dégagés de la première combustion seront brûlés lors de la seconde, ce qui permet de créer un surplus de chaleur. De même, ces poêles montent plus vite en température grâce au système de tirage forcé qui accélère le processus de combustion. En revanche, ils consomment plus de bois.

Les poêles turbo à double combustion

A la différence des autres solutions, ceux-ci comportent deux chambres de combustion distinctes avec deux arrivées d’air. 

Lors de la première combustion, l’air permet d’embraser le combustible et de créer la chaleur. 
La seconde arrivée d’air permet d’alimenter en comburant et d’enflammer les gaz, ce qui permet d’éliminer un maximum de particules et d’optimiser la chaleur émise par le poêle. 
Ce dispositif a un rendement plus élevé que celui d’un poêle turbo.

Les poêles étanches

A la différence des systèmes classiques, les poêles étanches puisent l’air permettant la combustion depuis l’extérieur de la maison, grâce à un double-conduit. Cela permet de conserver la température intérieure. 

Rendement et économies d'énergie

Le rendement correspond au ratio entre la chaleur restituée et le combustible consommé. Il est exprimé en pourcentage. Plus il est élevé, plus le poêle est performant.

Le mieux est de se tourner vers un appareil qui s'approche au maximum de 100%. Il disposera le plus souvent du label Flamme Verte. 

Le label « Flamme Verte »

Le label « Flamme Verte » est une certification née sous l’impulsion de l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) et des fabricants de systèmes de chauffage au bois. 

Ce label vous aide à identifier les appareils au bois dont la qualité, la performance et le faible taux d’émissions polluantes sont reconnus. Il se fonde sur une notation basée sur des étoiles.  

 Critères du label Flamme verte

Seuls les appareils avec 7 étoiles peuvent bénéficier du label Flamme verte. Ils respectent a minima les caractéristiques suivantes : 

  • Le rendement énergétique doit être d’au moins 75 % pour les poêles à bûches et 87 % pour les poêles à granulés.
  • Le taux d'émissions de particules fines ne doit pas dépasser les 40 mg/Nm3 à 13 % d'O2
  • Le taux d'émissions de monoxyde de carbone ne doit pas dépasser les 0,12% 
  • Vous pouvez vérifier si votre appareil est labélisé sur le site de Flamme Verte.   

Avantages et inconvénients 

Le poêle à bûches ou à pellets offre de nombreux avantages. Il présente aussi certaines limites. Voyons cela ensemble. 

👍 Un combustible économique

Alimenté grâce à des bûches ou des granulés de bois, ce type de poêle vous aide à réduire votre facture énergétique. Selon l'Ademe, le bois de chauffage est l'énergie la moins chère du marché

👍 Une énergie renouvelable

Le bois est une énergie renouvelable produite le plus souvent en France. Opter pour le chauffage au bois permet de rendre la maison plus écologique. Ainsi, vous faites grimper la valeur verte du logement. 

👍 Un appareil performant

Le rendement d’un poêle se situe parfois entre 80 et 90 %. Cela signifie que 90% du bois brûlé est transformé en chaleur. C'est un bon ratio. 

👍 Un très bon confort thermique

Avec ce type d’appareil, la restitution de la chaleur est lente et permet une bonne homogénéité des températures.

👍 Un habillage esthétique 

Divers matériaux peuvent être utilisés pour l’habillage du poêle : briques, granit, céramique… Il donne un aspect chaleureux à la pièce. Ainsi, il s'insère dans votre décoration. 

👍 Economies d'énergie et rentabilité

L'installation d'un poêle à bois est souvent très rentable. Selon le label Flamme verte : "Votre appareil de chauffage au bois devrait couvrir vos besoins de chauffage à hauteur de 60 % et vous permettre d’amortir votre investissement en moins de 4 ans". 

Le label estime qu'il permet de faire jusqu'à 900 € d'économies de chauffage par an dans une maison de 120 m2 chauffée à l'électricité

👎 L'autonomie, première limite du poêle

Le poêle à bûches doit se recharger régulièrement pour fonctionner. Parfois, une seule flambée permet de vous assurer de la chaleur pour une journée entière. Mais, en général, il faut plutôt les recharger toutes les deux trois heures. 

Les poêles à pellets disposent souvent d'un réservoir. De ce fait, il est moins souvent nécessaire de les recharger. Toutefois, ils ne présentent pas plus que quelques jours d'autonomie.

👎 Le prix, parfois élevé 

Le prix du poêle est parfois élevé. Cela représente un budget et peu freiner certains ménages à l'achat. Cependant, il existe des aides à la rénovation pour limiter la dépense. 

👎 Le stockage du combustible 

Le stockage du bois va prendre de l'espace. Les bûches notamment ont besoin de beaucoup de surface. Si vous disposez d'un petit logement, il vaudra mieux opter pour un poêle à granulés. 

Installation et entretien

L’installation 

Pour installer le poêle, encore faut-il que votre logement s’y prête. En effet, il faudra mettre en place une extraction de la fumée avec un conduit si celui-ci n’est pas présent. Il est donc possible de conserver un ancien conduit pour le connecter à votre poêle, à condition de le faire vérifier par un professionnel.

Le mieux reste de passer par un professionnel certifié RGE. RGE signifie « Reconnu Garant de l’Environnement ». Il s’agit d'artisans bénéficiant d’une expertise reconnue par l’Etat en matière de travaux de rénovation thermique

Entretien et ramonage 

Il est important de bien entretenir son poêle. Pensez à retirer les cendres régulièrement et à bien nettoyer la vitre de l’appareil avec un chiffon humide. 

D’autre part, vous devrez faire chaque année l’entretien de votre équipement par un  professionnel certifié. Lors de sa visite, le professionnel s’assure du bon fonctionnement de votre appareil (brûleur, état des joints…) et vous conseille sur les réglages à réaliser pour optimiser le rendement de votre appareil.

Outre cela, il faudra faire ramoner le poêle deux fois par an. Une fois pendant la période de chauffe (du 15 novembre au 15 avril environ) et une fois hors période de chauffe. 

Quel type de bois doit-on utiliser ?

Le choix du bois de chauffe est capital dans la performance de votre installation. Parmi les essences possibles, nous vous recommandons de choisir plutôt des stères issus des feuillus des « bois durs » avec écorce fine : les hêtres, les chênes, les frênes ou encore les charmes.

On les choisit car leurs bûches se consomment plus lentement, ce qui permet de produire de la chaleur plus longtemps.

Pour lancer (ou relancer) les braises, vous pouvez également vous tourner vers les bois tendres comme le bouleau, pour sa facilité d’embrasement.

Quels bois éviter dans un poêle ?

Les bois résineux (les pins, les sapins) mais aussi les Saules, les Tilleuls et les Peupliers sont à omettre pour ce type d’installation. Ils ont tendance à projeter des braises, ce qui peut être dangereux. 

D’autre part, ils se consomment plus rapidement et encrassent les conduits avec leur résine, ce qui provoque du goudronnage. 

Quelles aides à la rénovation énergétique pour un poêle à bois ?

Plusieurs aides financières existent pour l’installation d’un poêle. Ces aides sont cumulables et accessibles à tous.

🔹 La Prime Énergie Monexpert

La Prime Énergie Monexpert permet de faire diminuer le montant de l’installation de votre poêle. Lancée dans le cadre des certificats d’économies d’énergie (CEE), tous les ménages peuvent y prétendre. Son montant dépend de vos revenus et des travaux engagés.  

💡 Jusqu'à 400 € de prime pour l'installation d'un chauffage à bois

Demandez la prime énergie gratuitement et sans engagement

Demander ma prime

🔹 MaPrimeRénov'

MaPrimeRénov’ est une aide distribuée par l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH). Cumulable avec la Prime Énergie, elle vise à financer des travaux de rénovation thermique. Son montant oscille selon : 

  • l’emplacement géographique de votre logement 
  • vos revenus 
  • les travaux engagés

→ Consulter les montants cumulables possibles

💡 Bon à savoir :

Pour cumuler MaPrimeRénov' et la Prime Énergie Monexpert, vous devez demander la Prime Energie en premier afin disposer des bons documents pour votre demande MaPrimeRénov'.

Demander ma prime

🔹 L’éco-prêt à taux zéro

L’éco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ) est un emprunt traditionnel auprès d’une banque partenaire de l’Etat. Les intérêts sont alors pris en charge par l’Etat. D’un montant maximal de 30 000 €, il peut être remboursé sur 15 ans. Tous les ménages peuvent le demander, sans condition de ressources. 

🔹 La TVA à taux réduit

Pour bénéficier des aides à la rénovation thermique, vous devrez faire appel à un professionnel RGE. Cela vous permettra de bénéficier d’une TVA à taux réduit de 5,5% au lieu de 20%. Elle sera directement appliquée par votre installateur professionnel.

📋 En résumé : 

  • Le poêle à bois est un appareil qui s’installe dans une pièce à vivre. Il peut fonctionner avec des granulés de bois ou des bûches ;
  • L’insert s’installe directement dans l’emplacement du foyer de la cheminée ; 
  • En général, les poêles à bois ou insert sont des chauffages complémentaires. Toutefois, il est possible de chauffer toute sa maison avec un poêle de masse ; 
  • Il est obligatoire de procéder à deux ramonages par an ainsi qu’à un entretien annuel de vérification de l’appareil ; 

Pour installer un poêle, vous pouvez bénéficier d’aides à la rénovation énergétique.

Image
question-prime-energie

Questions fréquentes

Quelle consommation de pellets prévoir pour un hiver ?

Cela dépend de la surface à chauffer et de votre région. En moyenne, on consomme souvent 2 tonnes de pellets pour alimenter son poêle l'hiver. 

Une bûche compressée est fabriquée à partir de sciure et de copeaux de bois récupérés dans les industries du bois ou scierie. En général, elles sont plus sèches que les bûches classiques et présentent un meilleur rendement. 

L’insert est un système qui s’encastre dans une cheminée pré-existante. Il permet de chauffer une pièce en améliorant le rendement de la cheminée. Les rendements de l’insert avoisinent en général les 80% alors qu’une cheminée à foyer ouvert témoigne d’un rendement de 10% à 20%.

Image
homme a lunette

À propos de l'auteur : Sébastien M.

Passionné de nouvelles technologies et de bricolage, à mes heures perdues, je fabrique mes vélos électriques et autres objets connectés mais toujours dans une démarche écologique.

Avez-vous trouvé votre réponse ?