Image
financer ses travaux de rénovation énergétique
Rédigé par Juliette S. - À jour le 25/10/2021

Tout savoir sur les travaux de rénovation énergétique

Améliorer la performance thermique de votre logement permet de réduire efficacement votre facture de chauffage. Mais quels sont les travaux de rénovation énergétique à privilégier ? Comment les financer ? Dans ce guide, Monexpert vous fait découvrir les travaux de rénovation thermique et d’isolation les plus rentables. Nos équipes vous présentent aussi les aides à la rénovation énergétique pour faire baisser le prix des travaux.

Rénovation énergétique, qu’est-ce que c’est ?

La rénovation énergétique encadre tous les types de travaux qui vous permettent d’améliorer la performance énergétique de votre habitation. Un projet de rénovation énergétique induit une réduction de vos consommations d’énergie. Cela permet : 

  • De réduire votre facture de chauffage. Pour rappel, le chauffage représente, en moyenne, 60% des dépenses énergétiques des ménages selon l’Ademe.
  • De rejeter moins de CO2, donc de minimiser votre empreinte carbone. 

En somme, les travaux de rénovation thermique sont un geste écologique et économique.

Quels travaux entrent dans la rénovation énergétique ? 

La rénovation énergétique rassemble généralement 4 différents types de travaux : 

Les travaux d’isolation, de belles économies à la clé

Parce qu’ils permettent de renforcer l’enveloppe thermique de votre maison et de limiter les pertes de chaleur, les travaux de rénovation énergétique les plus rentables concernent l’isolation. Plusieurs zones de votre habitation peuvent faire l’objet de travaux d’isolation. Découvrons-les ensemble. 

L’isolation des combles, à faire en priorité !

En matière de rénovation thermique, l’isolation de vos combles perdus ou de la toiture est souvent la priorité. En effet, selon l’Ademe, dans un logement mal isolé, 25 à 30 % des déperditions énergétiques s’effectuent au niveau de la toiture.

La rénovation du toit de votre maison vous permet donc de réaliser des économies d’énergie importantes.

L’isolation des murs, jusqu’à 25% de pertes de chaleur en moins

L’isolation des murs doit constituer le second chantier de votre logement. En effet, les parois peuvent représenter jusqu'à 25 % des pertes de chaleur. Pour pallier ce gaspillage, deux solutions : 

  • L’isolation des murs par l’intérieur. Le plus souvent, l’isolation des murs intérieurs revient à poser un isolant directement contre la paroi. Elle peut aussi être réalisée par insufflation. On vient souffler un isolant entre le mur et une contre-cloison.
  • L’isolation des murs par l’extérieur. Plus coûteuse, l’isolation par l’extérieur est considérée comme plus efficace. Elle intervient généralement lors d’un ravalement de façade. Elle consiste à poser un isolant sur les murs extérieurs. 

L’isolation des fenêtres et ouvrants, 10 à 15% des déperditions thermiques en moins

L’isolation des parois vitrées est également très importante. Selon l’Ademe, les fenêtres constituent 10 à 15% des déperditions thermiques. Changer vos fenêtres ou porte-fenêtres pour des modèles plus performants vous permet de limiter les infiltrations d’air. 

L’isolation du sol, 7 à 10% de gaspillage énergétique en moins

Les planchers bas représentent 7 à 10% des gaspillages énergétiques d’une maison. En termes de confort thermique et d’économies d’énergie, l’isolation des planchers bas fait donc sens. En général, il s’agit d’installer des panneaux isolants sur le plafond de votre cave ou de votre garage. 

Une isolation peut également être posée sous votre parquet ou carrelage. Ces travaux peuvent également permettre de gagner en confort phonique !

Une isolation à refaire ? Profitez de la Prime Énergie Monexpert pour isoler votre toiture, vos murs et vos sols.

Le choix de l'isolant : un élément capital

Plusieurs matériaux isolants existent pour isoler vos combles. Plus ou moins chers et performants, il permettent d'adapter le prix à toutes bourses et à tous les styles de logements. Vous aurez souvent le choix entre : 

Pour vous faire une idée, voici un tableau de synthèse.  

 

Comparatif des principaux isolants thermiques

  Isolants

👍 Avantages

Inconvénients 👎

 Prix 
Isolant écologique

Liège

  • Résistant aux incendies 
  • Résistant à l’humidité. Il fait office de régulateur et prévient la formation de moisissures et de condensation
  • Isolant fin pas de perte d'espace 
  • Résistant aux nuisibles (termites, rongeurs, etc.) 
  • Bonnes propriétés  d'isolation phonique
  • Coût important
30 € /  m²
Isolant écologique

Laine de bois

  • Resistance à l'humidité ;  
  • Peu cher. 
  • Craint les termites et autres insectes xylophages 
  • Sujet aux incendies
15 €/m²
Isolant écologique

Chanvre ou fibre de lin 

  • Déphasage thermique de bonne qualité : permet d'isoler la maison contre la chaleur
  • Résistance aux nuisibles
  • Prix abordables. 
  • Inflammable. Il existe toutefois une possibilité de traiter les matériaux pour les rendre ignifuge.
15 € à 20 € / m²
 Isolant écologique

Ouate de cellulose

 

  • Ignifuge 
  • Résistant à l’humidité
  • Résistant aux insectes nuisibles
  • Sujet à la mérule
20 € / m²
Isolant minéral Laine de verre 
  • Peu cher
  • Résistant aux nuisibles 
  • Résistant à l'humidité
  • Ingnifuge 
  • Peu écologique 
3 € à 20 € / m² 
Isolant minéral Laine de roche 
  • Peu cher  
  • Résistant aux nuisibles 
  • Résistant à l'humidité ; 
  • Ingnifuge 
Peu écologique  5 € à 10 € environ /m² 
Isolant synthétique Polystyrène
  • Peu cher 
  • Facile a installer 
  • Peu écologique 
  • Mauvaise isolation phonique
  • Craint les incendies. 
10 € / m² 

L’installation d’un équipement de chauffage ou de production d’eau chaude performant

Pour réduire vos dépenses énergétiques, vous pouvez aussi remplacer votre ancien équipement de chauffage par un appareil plus moderne, plus performant, moins polluant et surtout moins gourmand en énergie. 

Basés sur les énergies renouvelables ou avec un bon rendement, voici quelques systèmes qu’il convient de privilégier au moment d’entamer des travaux de rénovation thermique : 

  • La chaudière gaz à condensation (aussi appelée « chaudière à très haute performance énergétique ») : généralement, ce terme est utilisé pour parler des chaudières à condensation qui consomment jusqu’à 20 % de moins que les chaudières classiques. Elle peut également servir à la production d’eau chaude sanitaire. Attention, il ne sera plus possible d'installer un chauffage au gaz dans un logement neuf dès 2022, en vertu de la Réglementation Environnementale 2020 (RE 2020).
  • La pompe à chaleur : Les pompes à chaleur (PAC) utilisent des énergies renouvelables (eau, air, ou géothermie) pour générer de la chaleur à l’intérieur d’un logement. Elle favorise ainsi les économies d’énergie. Certains modèles comme les PAC eau/eau, air/eau ou sol/eau peuvent être couplés à un plancher chauffant et remplacer ainsi les radiateurs. Ce gain d’espace est souvent apprécié des particuliers. 
  • La chaudière biomasse ou le poêle à bois : énergie renouvelable et écologique, le bois est une source de chauffage performante et économique. Selon l’Ademe, c’est la solution de chauffage la moins onéreuse. . Le bois est très bon marché mais il peut prendre de la place. Il faut pouvoir le stocker. S’il s’agit d’une solution économique, elle n’est pas forcément toujours adaptée à votre habitation ou votre mode de vie.
     
  • Le chauffe-eau thermodynamique : utilisant les calories présentes dans l’air extérieur pour chauffer l’eau, le chauffe-eau thermodynamique vous permet de diviser vos dépenses en eau chaude, par 2 ou par 3 ; 
  • Le chauffe-eau solaire individuel (CESI). Equipé de panneaux solaires thermiques, il chauffe l'eau de la cuve grâce à l'énergie du soleil. Il peut répondre de 60% à 80% des besoins en eau chaude d'un ménage. 

Parfois coûteux à l’achat, ces appareils sont rentabilisés rapidement. En effet, ils induisent de belles économies d’énergie. D’autre part, ils sont, pour la plupart, éligibles aux aides financières à la rénovation énergétique

La régulation du chauffage 

Les équipements de régulation du chauffage vous permettent également de mieux contrôler votre consommation d’énergie et vous aident à réduire de 5 à 15 % votre facture de chauffage. Vous pouvez opter pour plusieurs types de systèmes : 

  • Le système de régulation par programmation d’intermittence. On entend par là les thermostats programmables ou connectés. Ils permettent d’ajuster les consommations de chauffage à l’emploi du temps du consommateur. Ainsi, il évite les déperditions d’énergie
  • Le robinet thermostatique : installé directement sur votre radiateur, le robinet thermostatique vous permet de contrôler et d’ajuster la température de la pièce dans laquelle il se trouve. 
  • La sonde extérieure de température : ce dispositif permet d’anticiper et de réguler le chauffage en prenant en compte les variations de la température extérieure. En général, elle est couplée à un thermostat. 
  • Les équipements de chauffage connectés (chaudière, chauffe-eau ou radiateur qui peuvent être contrôlés à distance).

La ventilation, améliorer la qualité de l’air et faire des économies

Dans un logement rénové et bien isolé, l’air extérieur pénètre moins facilement. Alors, pour assurer le renouvellement de l’air, vos travaux de rénovation doivent être couplés de travaux de ventilation. Cela permettra d’améliorer la qualité de l’air ambiant de votre habitation. En limitant la pollution intérieure, vous ferez aussi des économies d’énergie. En effet, un air vicié à tendance à être plus humide. Il est donc moins facile à chauffer

De plus, un surplus d’humidité pourra entraîner la formation de moisissures et de champignons qui viendront dégrader votre habitat. Côté santé, ces parasites peuvent avoir des conséquences et entraîner des gênes respiratoires, notamment chez les personnes asthmatiques. L’installation d’une VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) est généralement recommandée. On différencie alors deux types de systèmes.

  • La VMC simple flux permet d’extraire l’air vicié vers l’extérieur de votre habitation et d’introduire de l’air neuf par l’intermédiaire d’entrées d’air (situées généralement sur les fenêtres).
  • La VMC double flux fonctionne de la même manière sauf qu’elle permet également de préchauffer les flux d’air provenant de l’extérieur avant qu’ils ne se répartissent dans votre logement. Si votre habitation est bien isolée, ce système vous permet ainsi de réaliser des économies d’énergie importantes.

Dans quel ordre faire ses travaux de rénovation ?

Les travaux de rénovation ne doivent pas être fait dans un ordre aléatoire. En effet, le mieux est de procéder selon le plan suivant  : 

  1. Les travaux d’isolation. Ainsi, vous limiterez grandement vos pertes énergétiques et vous pourrez mieux dimensionner votre système de chauffage
  2. Le remplacement du système de chauffage. En optant pour un chauffage plus performant, vous ferez des économies
  3. La régulation du nouveau système
  4. La ventilation. Une fois que le logement est bien isolé et bien chauffé, cela vous permettra d’améliorer la qualité de l’air chez vous

En organisant les travaux dans un ordre différent, vous risquez de ne pas obtenir les résultats les plus optimaux en termes d’économies d’énergie. Prenons une analogie. Pour éviter les pertes de chaleur et optimiser la cuisson dans une casserole, il faudra d’abord lui mettre un couvercle. Ensuite, vous pourrez régler la température du feu et puis allumer la hotte. 

Aides et subventions : comment financer ses travaux de rénovation ?

Le montant des travaux de rénovation thermique peut rapidement grimper. La facture peut vite apparaître salée. C’est pourquoi, pour engager les particuliers à faire des économies d’énergie, les autorités publiques ont mis en place de nombreuses aides à la rénovation. 

La Prime Énergie Monexepert

Dans le cadre du dispositif CEE (Certificat d’Économies d’Énergie), la prime énergie est une aide accessible à tous (locataire, propriétaire occupant ou bailleur). Il s’agit d’une prime versée par des fournisseurs d’énergie ou des vendeurs de carburants.  En effet, ces derniers ont l’obligation de vous encourager à améliorer la performance énergétique de votre logement. Le montant de cette éco-prime dépend de : 

  • votre projet de rénovation
  • du lieu où vous vivez
  • de votre niveau de ressources (les ménages les plus modestes peuvent bénéficier d’une prime bonus)
Image
logo monexpert

Pour en savoir plus, vous pouvez faire une simulation de Prime Energie sur le site de Monexpert. Cela vous permettra d’établir un budget travaux. 

Ils ont fait confiance à Monexpert

MaPrimeRénov’ 

MaPrimeRénov’ est la fusion des deux aides majeures pour les travaux de rénovation énergétique : le Crédit d'impôt (CITE) et « Habiter Mieux Agilité » de L'Agence Nationale pour l'Amélioration de l'Habitat (ANAH).

Généralisée en octobre 2020, cette nouvelle prime est versée après vos travaux de rénovation par virement bancaire. Auparavant, elle était destinée aux ménages modestes. Aujourd’hui tout le monde peut y prétendre. Le montant de MaPrimeRénov' est établi selon un barème prenant en compte vos revenus et les travaux engagés. 

Tout savoir sur MaPrimeRénov’

 

💡 Bon à savoir

Boostez vos aides financières en cumulant MaPrimeRénov' avec la Prime Énergie Monexpert ! Pour que le cumul soit valide, vous devrez commencer par demander la Prime Énergie Monexpert, alors lancez-vous !

Habiter Mieux Sérénité de l’Anah

L’Agence nationale de l’habitat (Anah) propose des aides aux propriétaires les plus modestes dans le cadre de son programme « Habiter Mieux Sérénité ». Elle prend en charge des travaux induisant au moins 25% d’efficacité énergétique en plus sur le logement. Ils peuvent porter sur : 

  • L’isolation des combles et des murs
  • Le changement d’un système de chauffage vieillissant. 

Le montant de la subvention dépend de vos conditions de ressources : 

  • Pour les ménages modestes, il peut aller jusqu’à 35 % du montant total des travaux HT. Attention l’aide est plafonnée à 7 000 €. A cela peut s’ajouter 1 600 euros de Prime Habiter Mieux. 
  • Pour les foyers très modestes, il peut aller jusqu’à 50 % du montant total des travaux de rénovation HT. L’aide sera alors plafonnée à 10 000 €. Ces ménages pourront également bénéficier d’une Prime Habiter Mieux de 2 000 €. 

Pour vous donner une idée des plafonds de ressources déterminés par l’Anah, reportez-vous aux tableaux suivants.

Plafonds de ressources en Île-de-France

Nombre de personnes
composant le ménage

Ménages aux ressources très modestes

Ménages aux ressources modestes
1 jusqu’à  20 593 € jusqu’à 25 068 €
2 jusqu’à 30 225 € jusqu’à 36 792 €
3 jusqu’à 36 297 € jusqu’à 44 188 €
4 jusqu’à 42 381 € jusqu’à 51 597 €
5 jusqu’à 48 488 € jusqu’à 59 026 €
Par personne
supplémentaire
+ 6 096 € + 7 422 €

 

Plafonds de ressources pour les autres régions

Nombre de personnes
composant le ménage

Ménages aux ressources très modestes

Ménages aux ressources modestes
1 jusqu’à 14 879 € jusqu’à 19 074 €
2 jusqu’à 21 760 € jusqu’à 27 896 €
3 jusqu’à 26 170 € jusqu’à 33 547 €
4 jusqu’à 30 572 € jusqu’à 39 192 €
5 jusqu’à 34 993 € jusqu’à 44 860 €
Par personne
supplémentaire
+ 4 412 € + 5 651 €

📌 A noter :

Certaines de ces aides peuvent se cumuler entre elles. Cela peut, au final, représenter un sacré coup de pouce. MaPrimeRénov’ et Habiter mieux sérénité peuvent se cumuler avec le chèque énergie, le taux de TVA réduit, mais également avec l’Éco-prêt à taux zéro (Éco-PTZ). En plus, MaPrimeRénov’ est cumulable avec la Prime Énergie Monexpert. 

Attention : MaPrimeRénov’ et le dispositif Habiter mieux sérénité ne sont pas cumulables entre elles. 

Tout savoir sur les aides de l’Anah

 

L’éco-prêt à taux zéro

Le financement de votre projet de rénovation énergétique peut également être assuré grâce à l’éco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ). En fonction de l’étendue de votre projet et si vous êtes propriétaire de votre habitation, vous pouvez ainsi emprunter jusqu’à 30 000 € pour vos travaux de rénovation sans avoir à payer d’intérêts (ils sont pris en charge par l’État).

Le remboursement pourra s’effectuer sur 15 ans. Pour le demander, il faudra soumettre votre projet à une banque ayant signé une convention avec l’État. La plupart des banques nationales ont conclu ce partenariat. 

La TVA à taux réduit

Si votre projet concerne l’amélioration énergétique de votre habitat, le professionnel en charge de vos travaux de rénovation applique automatiquement une TVA à un taux réduit sur sa facture au lieu de 20%.

Il est possible de bénéficier d’un taux de TVA à 10% pour l’acquisition de certaines matières premières ou fournitures (ciment, laine de verre, peinture, joints…) mais aussi certains équipements de chauffage ou systèmes d'ouverture et de fermeture des logements, comme les portes ou fenêtres. 

La TVA à 5,5% va s’appliquer aux travaux de rénovation énergétique qui permettent les économies d’énergie. Cela peut concerner l’achat de certaines chaudières ou des appareils de régulation de chauffage par exemple.

Pour disposer de cette aides, contrairement aux autres, il n'est pas nécessaire de faire appel à un professionnel RGE

Les aides locales

/aides-et-primes-a-la-renovation/les-aides-locales-pour-la-renovation-energetique">subventions locales peuvent vous être accordées par les collectivités. Selon le lieu où vous vivez, des aides peuvent être proposées par votre ville, votre département ou votre région. Nous vous conseillons donc de vous renseigner auprès de votre mairie. 

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique 

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) vous permet de bénéficier d’un abattement sur vos impôts. Attention, la loi de finances pour 2020 a mis fin au crédit d'impôt transition énergétique (CITE) pour être remplacé par MaPrimeRénov'. Il a été définitivement supprimé au 1er janvier 2021.

💡 Bon à savoir

Pour assurer la qualité de vos travaux et vos futures économies d’énergies, il faut aussi impérativement faire appel à un professionnel certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) dans son domaine de qualification (chauffage, isolation…). C’est l’une des conditions à respecter pour pouvoir financer vos travaux de rénovation avec les différentes aides et subventions évoquées dans cet article.

📋 En résumé, si je veux rénover mon logement : 

  • Les travaux de rénovation portent sur 4 grands domaines et doivent impérativement être réalisés selon les étapes suivantes : 
    1. L’isolation
    2. Le chauffage
    3. La régulation du chauffage
    4. La ventilation.
  • Ces travaux donnent lieu à des aides financières. Elles prennent en charge une grande partie du montant total. Certaines de ces aides sont, de plus, cumulables.
Image
femme

À propos de l'auteur : Juliette S.

Journaliste de formation, j'ai découvert la rénovation énergétique après avoir fait l’acquisition de la maison de famille et m’être frottée aux différentes aides à la rénovation énergétique. Je suis désormais incollable et j'aime partager mon savoir pour expliquer de manière simple ce que sont les travaux de rénovation.