Image
Radiateur electrique
Rédigé par Juliette S. - À jour le 15/09/2020

Remplacer un radiateur électrique : quelles alternatives pour réduire sa facture ?

Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), le chauffage électrique vous coûte en moyenne 1 726 € par an, contre 1 415 € pour le chauffage au gaz ou 811 € pour le chauffage au bois. Remplacer ses vieux convecteurs permet de faire baisser sa facture d’énergie mais, par quoi remplacer un radiateur électrique ? Quels sont les systèmes de chauffage les plus économiques et les plus confortables ? Monexpert vous informe sur les alternatives possibles et sur les aides financières dont vous pouvez bénéficier.

Remplacer les convecteurs par des radiateurs électriques plus performants 

Si vous êtes chauffé à l’électrique et que vous souhaitez garder ce mode de chauffage, il est tout à fait possible d’opter pour des systèmes moins énergivores. En effet, le convecteur des années 1970, surnommé « grille-pain » n’est pas la seule technologie présente sur le marché. Il existe des radiateurs électriques économiques. Radiateurs à accumulation, à inertie ou connectés, découvrons quel modèle est le plus adapté à votre logement. 

Le radiateur à accumulation

Les radiateurs à accumulation sont des modèles en général assez lourds et imposants. Ils sont constitués de briques réfractaires chauffées par une résistance. Celles-ci accumulent la chaleur pour la distribuer au fur et à mesure. En général, on met ce radiateur en fonctionnement en heures creuses, lorsque le prix du kWh est plus bas. La résistance s’allume. Il peut ainsi « se charger ». Puis, lorsqu’arrivent les heures pleines, on éteint le radiateur. La chaleur emmagasinée est alors restituée par rayonnement. 

Attention, ces radiateurs demeurent assez chers à l’achat. Ils coûtent entre 750 € et 2 000 €.

Le radiateur à inertie

Le radiateur à inertie fait partie des dernières générations de radiateurs électriques. On l’appelle aussi « radiateur à chaleur douce ». Il en existe deux types : 

  • Les radiateurs à inertie sèche. Ils sont constitués d’un matériau qui avec une forte inertie : pierre de lave, fonte, céramique, granit, etc. Ce matériau emmagasine la chaleur et la restitue progressivement. 
  • Les radiateurs à fluide caloporteur montent en température via un fluide (eau ou huile) contenu dans le dispositif. 

Ces radiateurs distribuent la chaleur de manière homogène pour garantir un confort de chauffe aux occupants du logement. Fini les écarts de températures entre le sol et le plafond liés au mode de fonctionnement du convecteur. D’autre part, ils sont bien moins énergivores. 

A l’achat, il faudra compter 80 € par radiateur pour les premiers prix. Ils restent donc relativement abordables, surtout lorsqu’il convient de chauffer de petites surfaces.

Image

Vous souhaitez faire des économies de chauffage ? Allégez le coût de vos travaux en demandant votre Prime Énergie Monexpert. La demande est gratuite, sans engagement et ouverte à tous !

💡 Bon à savoir : 

En remplaçant un convecteur par un radiateur à inertie, on peut faire 45% d’économies d’énergie.

Les radiateurs connectés 

Les radiateurs connectés sont les modèles les plus récents de radiateurs. En général, il s’agit de modèles à inertie auxquels on a greffé un thermostat connecté. En pratique, il est possible de les piloter à distance depuis un smartphone ou une tablette. Certains sont dotés de capteur de présence. Ainsi, ils peuvent s’éteindre lorsque le logement est inoccupé. De la même manière, certains modèles sont assortis de système de géolocalisation. Ils s’activent lorsque l’usager est sur le chemin du retour. Ce faisant, ils adaptent la consommation de chauffage au plus près du style de vie d’un ménage. 

Pour s’équiper, il faudra débourser entre 300 € et 500 €. Ce sont donc des systèmes relativement élevés à l’achat.

💡 Bon à savoir : 

Afin de faire baisser le montant de votre facture de chauffage électrique, vous pouvez installer des panneaux solaires en autoconsommation sur le toit de votre maison. Ils produiront de l’énergie en journée qui viendra alimenter vos radiateurs. Ainsi, vous aurez moins besoin de soutirer de l’électricité au réseau. Astucieux, non ?

Remplacer ses radiateurs électriques et changer d’énergie de chauffage 

Si vous envisagez de réaliser des travaux de rénovation énergétique plus complets, vous pouvez aussi choisir de changer toute votre installation de chauffage. Si cette alternative demande des investissements plus conséquents, elle vous permet de réduire votre facture énergétique sur le long terme. Vous pouvez ainsi vous orienter vers des énergies ou des systèmes beaucoup plus économiques et plus respectueux de l’environnement

Le chauffage au gaz naturel

Le gaz naturel est l’un des modes de chauffage les plus économiques. En effet, il faut savoir que le prix du kWh de gaz est 2 à 3 fois moins cher que le prix du kWh d’électricité. Afin de faire des économies d’énergie, l’installation d’une chaudière à gaz à très haute performance énergétique est préconisée. Appelées aussi chaudière à condensation, elles ont des rendements parfois supérieurs à 100%. Ce système de chauffage est particulièrement intéressant si vous disposez de grands volumes à chauffer. 

Pour l’achat et l’installation d’une chaudière à condensation, il faudra compter entre 2 400 € à 8 000 €

Le chauffage au bois

Selon l’Ademe, le bois est l’énergie de chauffage la moins chère. C’est donc une alternative à l’électricité particulièrement intéressante. Reste à savoir quel dispositif est le plus adapté à votre logement. Pour chauffer l’ensemble de la maison, le mieux reste d’opter pour une chaudière à bois. En fonction des caractéristiques de votre logement, vous pouvez installer :

  • Une chaudière à bûches. Avec un prix compris entre 3 000 € et 8 000 €, elle reste relativement abordable et offre à un foyer une qualité de chauffage équivalente au gaz ou au fioul. D’autre part, les bûches de bois demeurent les combustibles les moins chers du marché. Elle présente toutefois deux limites. Tout d’abord, celui du stockage du bois. En effet, les bûches ont tendance à prendre beaucoup de place. D’autre part, il s’agit de chaudière manuelle. Il faudra donc l’alimenter régulièrement. 
  • Les chaudières à granulés ou « pellets ». Autonomes, elles disposent d’un réservoir intégré. Le problème du stockage est donc plus facilement gérable. En revanche, ce sont des systèmes bien plus chers à l’installation. Il faudra compter entre 12 000 et 25 000 €

Le bois peut aussi servir d’énergie complémentaire. C’est surtout le cas pour les petites surfaces. Dans ce cas, l’installation d’un poêle à pellets ou à bûches dans une pièce de vie peut être une solution. Il viendra compléter votre système électrique et vous permettra de réduire fortement votre facture de chauffage. En général, il s’agit de modèles très design qui donnent une touche élégante et conviviale à votre intérieur. 

La pompe à chaleur

Le chauffage par pompe à chaleur (PAC) couplé à un radiateur basse température présente lui aussi de nombreux atouts. Il se base sur une énergie renouvelable et en quantité illimitée. Il peut s’agir de l’air, de l’eau ou encore de la chaleur issue des sols dans le cadre d’une PAC géothermique. Facile à installer, la pompe à chaleur peut aussi servir de source de production d’eau chaude sanitaire. Vous faites donc d’une pierre deux coups. 

Elle présente cela dit quelques limites, à savoir : 

  • Le bruit, notamment dans le cadre des PAC Air / Air puisque le système implique l’installation d’une unité avec un ventilateur en extérieur. Cette unité peut engendrer des nuisances sonores. Il faut donc l’installer dans un endroit du jardin assez éloigné de votre maison et de celle de vos voisins ; 
  • Des performances inégales en fonction de la température extérieure. Dans les zones où le climat est froid, il faudra s’équiper d’un chauffage complémentaire ; 
  • Un coût relativement élevé pour certains modèles. Pour une PAC air / eau, il faudra compter entre 12 000 et 15 000 €. Les PAC air / air restent bien plus abordables on en trouve autour de 1 500 €

Quelles aides pour financer ce changement de système de chauffage ?

Dans le cas où vous souhaiteriez revoir entièrement votre installation de chauffage, sachez que plusieurs dispositifs peuvent vous aider à financer votre projet. En effet, le montant des travaux ne doit pas vous empêcher de choisir un mode de chauffage plus économique, plus performant et plus respectueux de l’environnement. 

MaPrimeRénov’ 

MaPrimeRénov’ a été généralisée à tous les ménages en octobre 2020. Elle permet de prendre en charge une partie de travaux de rénovation thermique chez les particuliers, sans condition de revenus. Cela ne veut pas dire que votre niveau de ressources ne joue pas. En effet, le montant de la prime est déterminé par : 

  • Le revenu fiscal de référence du ménage ; 
  • Les travaux effectués. 

Plus les travaux permettent de faire des économies d’énergie et moins le ménages a de ressources, plus le montant de la prime grimpe. Ainsi, par exemple, il est possible d’obtenir une prime allant jusqu’à 10 000 € pour l’installation d’une chaudière à granulés et jusqu’à 1 200 € pour une chaudière à condensation

La Prime Energie Monexpert

Lancée dans le cadre des Certificats d’Economies d’Energie (CEE), la Prime Énergie Monexpert prend en charge des travaux chez les particuliers et les professionnels. Cumulable avec MaPrimeRénov’, elle s’adresse à tous sans condition de ressources. Le montant reste cependant indexé sur vos revenus et aux travaux entamés.

Image
logo monexpert

Besoin d'un système de chauffage performant et écologique ?
Profitez d'aides financières avantageuses sur de nombreux équipements avec la Prime Énergie Monexpert.
C’est gratuit et sans engagement. 

L’Eco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ) 

L’éco-prêt à taux zéro est une aide financière pouvant aller jusqu’à 30 000 euros. Elle concerne tous les occupants de logements : 

  • En France métropolitaine 
  • Construits depuis plus de 2 ans 
  • A usage de résidence principale

Pour la demander, il suffit simplement de vous rendre dans une banque ayant signé une convention avec l’Etat. Vous pourrez rembourser ce crédit sur 15 ans, sans payer d’intérêts. 

Le chèque énergie 

Le chèque énergie est une aide réservée aux ménages modestes et très modestes. Distribué tous les ans au printemps, il sert à payer une facture d’énergie (gaz, électricité, fioul, etc.) ou à régler une partie du travail d’un artisan RGE. Son montant est compris entre 48 € et 277 €. 

💡 Bon à savoir :

Afin de bénéficier d’une aide à la rénovation thermique, il est impératif de faire réaliser les travaux par un artisan « reconnu garant de l’environnement » (RGE). Il s’agit d’une certification reconnue par l'État. Monexpert a mis en place un annuaire pour vous aider à trouver le professionnel RGE le plus proche de chez vous. Vous serez sûr de tomber ainsi sur un artisan de confiance !

📋 Pour résumer, si vous souhaitez changer votre radiateur électrique : 

  • Vous pouvez choisir de remplacer vos radiateurs électriques par des modèles plus performants, sans changer d’énergie.
  • Vous pouvez également choisir de changer d’énergie et bénéficier ainsi d’aides financières de l’Etat. 
  • N’hésitez pas à faire une simulation des aides auxquelles vous pourriez avoir droit afin de prendre la meilleure décision pour votre logement, votre portefeuille ainsi que la planète !
Image
femme

À propos de l'auteur : Juliette S.

Journaliste de formation, j'ai découvert la rénovation énergétique après avoir fait l’acquisition de la maison de famille et m’être frottée aux différentes aides à la rénovation énergétique. Je suis désormais incollable et j'aime partager mon savoir pour expliquer de manière simple ce que sont les travaux de rénovation.